mercredi 3 janvier 2018

Lignes de faille de Nancy Huston

Bonnes résolutions littéraires 2018 : au moins deux livres sortis de la PAL chaque mois, lire plus de BD, continuer donc les challenges PAL, rentrée littéraire de septembre et janvier et "pays" (Italie, Angleterre, Québec, USA, pays nordique et autre mois Belge) !
Alors pour commencer, une sortie de PAL et une auteure Canadienne !

La quatrième de couverture m'avait fait un peu peur (besoin de douceurs pour l'accompagner? Cela semblait plutôt violent, en fait, oui, certains passages le sont, mais j'ai trouvé ce texte pas forcément bien choisi, certes, l'histoire n'a rien d'un roman à l'eau de rose, mais je n'aurais pas choisi cette accroche!).

 L'histoire commence de nos jours avec un petit garçon américain pas franchement sympathique. Et puis l'on remonte dans le temps : son père au même âge, puis sa grand-mère et son arrière grand-mère, enfants également.
Des tranches de vie qui font parfois froid dans le dos, parfois sourire aussi, à travers ces voix d'enfant.

Chaque génération éclaire l'autre, et brasse l'histoire de ces cinquante dernières années. De l'Allemagne à la Californie, des Lebensborn à Israël, une fresque puissante, où il est tout autant question de politique et de religion que des liens familiaux, du pouvoir de la voix... ou d'un ours et d'une poupée...

Un récit prenant, que je relirai je pense dans quelques temps en sens inverse pour ne rien manquer des répercussions des actes des générations précédentes sur les plus jeunes.


Pour en savoir plus
Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n'est le sang. Pourtant, de l'arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Monstrueuses ou drôles, attachantes ou désespérées, les voix de Sol, Randall, Sadie et Kristina - des enfants de six ans dont chacun est le parent du précédent - racontent, au cours d'une marche à rebours vertigineuse, la violence du monde qui est le nôtre, de San Francisco à Munich, de Haïfa à Toronto et New York. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l'époque où l'on vit, l'homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C'est contre elle pourtant que s'élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.


objectif pal


22 commentaires:

  1. Très bluffée par la construction! keisha

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai encore jamais lu Nancy Huston mais "Le club des miracles relatifs" est dans ma pal, je la découvrirai donc forcément un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le connais pas je guèterai ton avis !

      Supprimer
  3. Lignes de faille est mon roman préféré de Nancy Huston dont j'ai lu une grande partie de l’œuvre. C'est une lecture remuante et très émouvante, je trouve.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai lu il y a quelques années après l'avoir prêté à une collègue qui m'a justement conseillé de le lire en sens inverse ce que j'ai fait. Un très bon souvenir de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une bonne idée en effet de partir de la fin!

      Supprimer
  5. Bonsoir Eimelle, j'avais fait une mini chronique sur ce roman au tout début de mon blog. Il faudrait que je le relise. http://dasola.canalblog.com/archives/2007/02/16/5297443.html Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai beaucoup aimé ce roman ! Et le (re)lire à rebours n'est pas une mauvaise idée en effet ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il semble d'ailleurs faire l'unanimité!

      Supprimer
  7. Je l'ai dans ma pile. Depuis ouf... 10 ans? Soupir, soupir, soupir!

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu, apprécié à sa sortie (2006) et je me rends compte que je ne m'en souviens pas assez pour me rappeler l'histoire. Alors que j'ai des souvenirs précis de Prodige lu en 1999 ! C'est bizarre la mémoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi ! On verra ce qu'il m'en reste dans un moment !

      Supprimer
  9. J'ai essayé de relire Nancy Huston il y a peu (je ne me souviens même plus du titre) et j'avais abandonné. Elle a une écriture violente je trouve oui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. celui là est mon préféré de ce que j'ai lu d'elle:

      Supprimer

Comments system