dimanche 8 octobre 2017

Vienne et l'art nouveau Otto Wagner Steinhof pavillon de la Sécession Gustav Klimt Stadtpark Karl-Marx-Hof

On arrive au terme du voyage! Avant de parler cuisine, une journée consacrée à la découverte des réalisations de l'architecte ‎Otto Wagner (1841-1918), représentant incontestable de l’Art nouveau viennois, qui  privilégie la fonctionnalité au décorum.

Caisse d'épargne
Le grand bâtiment de la Caisse d'Epargne de la Poste de Vienne fut conçu par l'architecte Otto Wagner. Ce bâtiment rompt brutalement avec le style traditionnel. Délaissant le fer et le verre, Wagner opte pour le dépouillement et la simplicité : des façades habillées d'une fine couche de granit ou de marbre, un grand escalier surplombé d'une immense verrière évoquant un atelier industriel ou une gare de chemin de fer plutôt qu'une banque... 





d'autant plus impressionnant que nous y étions seuls, atmosphère "autre monde"!



Ne pas manquer ensuite l'entrée de la Chambre de commerce

pour ses vitraux en particulier






et du musée MAK

Nous n'avions pas prévu de le visiter, mais rien que l'entrée vaut le coup d'œil!


Pause verdure ensuite à Stadtpark



Le parc de la ville fut inauguré en 1862. Il comporte de nombreuses statues de personnalités viennoises dont celle de Johann Strauss fils (datant de 1921),compositeur, notamment, du Beau Danube bleu. Il est traversé par la Wien. La salle de concert Kursalon donne dans le parc.










Station Stadtpark, la mieux conservée des stations de métro d'origine toujours en service 
 le clin d'oeil à la culture de la vigne
 
La station de métro Karlsplatz est une station du métro composée de deux pavillons de style Art nouveau caractéristiques de la Sécession viennoise et édifiés par les architectes Otto Wagner et Josef Maria Olbrich. Structure en fer forgé peinte en couleur vert pomme, la couleur de la Stadtbahn, dalles de marbre blanc de Carrare ornées de fleurs de tournesol de couleur noir et or et de cartouches dorés.



en contre-bas église Saint-Charles et Künstlerhaus (salle d'expositions)



Visite du pavillon de la Sécession
Le pavillon de la Sécession réalisé en 1898 par Josef Maria Olbrich, a représenté en son temps une intrusion brutale de l'avant-garde. Ce grand cube blanc coiffé d'un dôme fait de 3 000 feuilles de lauriers en métal doré, a été ressenti comme une provocation.
On peut y voir la frise de Beethoven de Gustav Klimt qui illustre les différents thèmes de la Neuvième Symphonie.
En 1901, la sécession viennoise cherche, pour sa quatorzième exposition, à montrer l’interaction entre architecture, peinture, sculpture et musique, dans le but de créer une œuvre d'art totale. La frise Beethoven est présentée pour la première fois par Gustav Klimt en 1902 : une fresque murale de 34,14 mètres de long sur 2,15 mètres de haut en sept panneaux
La Symphonie no 9 de Beethoven,est une symphonie en ré mineur en quatre mouvements pour grand orchestre, solos et chœur mixte composée par Ludwig van Beethoven, de la fin de 1822 à février 18241. Son finale introduit des sections chantées sur l'Ode à la joie de Friedrich von Schiller. L'introduction instrumentale de ce mouvement a été adoptée en 1972 par le Conseil de l'Europe comme hymne européen













Et l'on reprend la balade !
Maisons Otto Wagner
La Maison des majoliques est un immeuble de style Art nouveau édifié par Otto Wagner .
Tirant son nom des carreaux de faïence qui ornent sa façade, elle forme avec sa voisine, la Maison aux médaillons, un vaste ensemble de style Sécession.






La promenade sur les traces d'Otto Wagner se poursuit à l'ouest de Vienne, avec la découverte de l'hôpital du Steinhof.
L'église Saint-Léopold am Steinhof est une église de style Art nouveau caractéristique de la Sécession viennoise édifié par l'architecte Otto Wagner Elle se dresse au centre d'un asile psychiatrique au sommet de la colline du Galitzinberg.

L’architecte a pris soin des aspects pratiques de son œuvre. Les trois premiers mètres des murs sont recouverts de marbre sans rivet afin de faciliter leur nettoyage tout comme le bas des bancs est aussi protégé. Le sol est légèrement incliné pour la même raison.

Le maitre-autel est surélevé afin d’être visible de tous les fidèles. Les bancs ne présentent aucune arrête vive qui pourrait blesser les malades. Au lieu d’être de simples bassins, les bénitiers sont alimentés goutte à goutte en eau bénite à partir de réservoirs dorés, afin de réduire le risque d’infection. De même, la tribune pour les familles en visite est totalement séparée. Le dôme est fermé d’un faux-plafond, ce qui améliore l’acoustique des lieux. 

















Dans le parc, mémorial aux enfants malades ou handicapés tués par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale. Un lieu très émouvant.





L'orage nous a rattrapé dans le bus pour aller jusqu'aux villas construites par Otto Wagner en 1888 sur les pentes d'une colline marquant la naissance de la forêt viennoise. 
 Une maison art déco au passage. 
Puis, direction les deux villas, Otto Wagner vécut dans la première jusqu'en 1911, elle abrite désormais le musée consacré au peintre Ernst Fuchs. 




Photos des villas prises sur le web, l'appareil photo n'aurait pas aimé le déluge! 




au retour arrêt au Karl-Marx-Hof
logement social de 1383 logements sur un kilomètre de long réalisé entre 1927 et 1930 par l'architecte autrichien Karl Ehn. L’ensemble est composé de trois cours intérieures et d’une vaste place avec crèche, jardin d'enfants, médecin, laveries, boutiques...
Lors de l'insurrection de février 1934, le Karl-Marx-Hof servit de quartier général aux militants socialistes et fut pris d'assaut par les forces conservatrices et fascistes.




 un autre logement social du côté de Vorgartenstrasse
Bref, une journée bien remplie, pas mal de marche à pied, mais passionnante!

6 commentaires:

  1. Quelle merveille ce Pavillon Sécession et les immeubles Art Nouveau maintenant c'est à Budapest que tu sois aller!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça compléterait en effet très bien! Prague, Budapest... il y a de quoi faire!

      Supprimer
  2. Merci pour ce bel article qui, en tant qu'architecte, me plaît particulièrement. Vienne est une magnifique ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'imagine que le regard porté doit être encore plus attentif! Beaucoup de trésors à y découvrir!

      Supprimer
  3. Le royaume de l'art nouveau. C'est vraiment somptueux !

    RépondreSupprimer

Comments system