lundi 11 septembre 2017

Mistral perdu ou les événements de Isabelle Monnin #RL2017

C’est une histoire intime, deux sœurs grandissent ensemble dans la France provinciale des années 1980  ; et puis l’une meurt.
C’est une histoire politique, on croit qu’on appartient à un tout  ; et puis on ne comprend plus rien.
C’est l’histoire du je et du nous, ces deux-là s’intimident, ils se cherchent, parfois ils se trouvent  ; et puis ils se déchirent.
C’est l’histoire de valeurs, elles disent qui on est  ; et puis elles se laissent bâillonner.
C’est l’histoire d’un chanteur préféré, tendre et rebelle  ; et puis il finit par embrasser les flics.
C’est l’histoire d’un hier, où ne comptait que le futur  ; et puis des aujourd’hui, malades du passé.
C’est l’histoire d’un monde qui se croyait fort et paisible  ; et puis il réapprend la haine.
C’est l’histoire qui nous arrive  ; et puis l’impression de ne plus y arriver.
C’est une nostalgie, sans doute, mais pas seulement  : dans la mémoire de ce qui fut, demeurent peut-être les graines de ce qui renaîtra, après la catastrophe.
http://www.editions-jclattes.fr/mistral-perdu-ou-les-evenements-9782709660822

Mon petit mot

Après avoir apprécié

Les gens dans l’enveloppe  Roman et enquête écrits par Isabelle Monnin Chansons d'Alex Beaupain










je retrouve ici avec plaisir la plume d'Isabelle Monnin, comme une conversation qui reprendrait son cours après les deux premiers titres.

On y retrouve le deuil de la soeur, l'importance de la musique et cette façon de faire sens à travers de petits détails dans lesquels chacun de nous peut se retrouver.
Grande histoire (j'ai pensé par moment aux années d'Annie Ernaux) et récit de la vie de la narratrice s’entremêlent, de son enfance à maintenant.

Il y a Renaud, mais aussi Barbara ou la Lily de Pierre Perret, mais il y a surtout la musique de l'auteure, le refrain du "nous" qui deviendra "je" par la disparition de l'une...
Il y a la quête des souvenirs, des siens, des nôtres aussi. Que faisions nous à chacun de ces événements? Où étions-nous, avec qui? Tiens, d'ailleurs aujourd'hui, nous sommes un 11 septembre...
Il y a le deuil, d'une soeur, d'un enfant (le lien est fait avec " Les Vies extraordinaires d'Eugène "que je lirai sans doute ensuite pour boucler la boucle!)...
Il y a l'importance de l'écriture, pour faire exister ceux qui ne le sont plus et continuer à tenir debout.
Il y a beaucoup d'interrogations, qu'on ne peut que partager sur notre monde qui a tant changé en une génération... même si Michel Drucker est toujours là!
Un constat pas des plus optimistes, et une invitation à ne plus perdre de temps. Sachons où est l'essentiel et filons droit vers lui.





6 commentaires:

  1. J'aime bien ta dernière phrase de conclusion.

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman fut un coup de cœur pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a du très bon dans cette rentrée littéraire!

      Supprimer
  3. je ne connais pas du tout cette auteurre merci de la faire connaître!

    RépondreSupprimer

Comments system