samedi 19 août 2017

L'enfant qui, Jeanne Benameur

Trois trajectoires, trois personnages mis en mouvement par la disparition d’une femme, à la fois énigme et clé.
L’enfant marche dans la forêt, adossé à l’absence de sa mère. Il apprend peu à peu à porter son héritage de mystère et de liberté. Avec un chien pour guide, il découvre des lieux inconnus. À chaque lieu, une expérience nouvelle. Jusqu’à la maison de l’à-pic.
Le père, menuisier du village, délaisse le chemin familier du Café à la maison vide. En quête d’une autre forme d’affranchissement, il cherche à délivrer son corps des rets du désir et de la mémoire.
Et puis il y a la grand-mère, qui fait la tournée des fermes voisines, dont le parcours encercle et embrasse le passé comme les possibles.
Porté par la puissance de l’imaginaire, L’Enfant qui raconte l’invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux tutoyer l’envol.



Mon petit mot 


Où l'on retrouve la plume particulière de Jeanne Benameur et cette nature si importante...


Tout en ellipse, en ressentit, en non-dit, voilà un livre prenant sur la perte, proche du deuil, l’absence...  et la reconstruction, la renaissance.

Beaucoup de poésie, de musicalité, dans les réflexions de l'un ou l'autre de ces personnages, on les suit dans la forêt, au bord de la rivière, et surtout dans leurs constructions imaginaires.
Le pouvoir des mots, de la langue, du monde intérieur, de ces chiens et maisons rêvés... 


Un livre qui questionne, qui laisse un peu songeur... mais sur une impression tout à fait positive!





jeudi 17 août 2017

Vienne, première découverte! Prater, Uno City, Danube, maison d' Hundertwasser

Un voyage pas prévu à l'origine cette année, mais au final, une escapade encore plus agréable qu'elle était la surprise de l'été!

5 jours à la découverte de la capitale de l'Autriche, des journées bien remplies (vive le métro qui permet de se déplacer très facilement d'un site à l'autre!), et de beaux souvenirs!


Notre première découverte de la ville se fit d'abord en bus en arrivant de l'aéroport, par les extérieurs de la ville, avec l'Uno-city : Le Vienna International Centre, ouvert le 1ᵉʳ janvier 1980, l’un des quatre sièges de l’Organisation des Nations unies au bord du Danube.

Le passage du Danube, et de ses multiples bras
 Après le premier passage en car, nous y sommes revenus un autre jour, où le temps était plus couvert, photos prises les deux jours, d'où une météo variée!

 
On rencontre d'abord le "Neue Donau" séparé en deux par l' Ile du Danube (Donauinsel) qui mesure 21 km de long mais seulement environ 200 m de large, avant d'atteindre le bras mort de l'ancien Danube ("Alte Donau"). 
 Dans les deux cas, bateau, natation, sports en tout genre, sans parler des croisières et autres nombreux restaurants sur les berges, un endroit très animé les soirs de beaux temps (et beaucoup plus calme les jours de pluie comme à notre deuxième passage!)

  Métro, bateau, piste cyclable, tous les moyens de transport sont réunis!




















Au bord du Danube, l'Eglise Saint-François d'Assise ou église du jubilé d'or de l'empereur François-Joseph.




Puis un passage le long du Prater et de sa célèbre grande roue, au milieu d'une multitude d'autres attractions.



Photo d'ensemble
On rejoint ensuite le canal du Danube qui borde le centre ville, lui aussi bordé d'installations sportives et de nombreux bars
au milieu, la rivière Vienne se jette dans le canal




Urania fut construit dans un style Art nouveau par l'architecte Max Fabiani, élève d'Otto Wagner, et fut inauguré en 1910 par François-Joseph Ier comme un établissement éducatif avec un observatoire public. Il est nommé d'après la muse Urania qui représente l'astronomie. 


Direction ensuite la Hundertwasserhaus construit entre 1983 et 1985 par la commune de Vienne, a été conçu par Friedensreich Hundertwasser, et les plans dessinés par l'architecte Joseph Krawina. Ses planchers sont irréguliers et le bâtiment est agrémenté d'une végétation luxuriante. Il comporte 52 logements



Couleurs, verdure, un ensemble très agréable à l'oeil!





 D'autres réalisations de l'artiste à retrouver dans Vienne :


Vue d'en haut
A suivre!

lundi 14 août 2017

La plage - Marie Nimier

Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été.
Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés.
Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée.
Elle se baigne nue.
Est-elle aussi seule qu'elle le croit? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus.


Mon petit mot

Encore un petit livre intrigant sortit de ma PAL!

On ne saura pas grand chose de cette femme ni de ceux qu'elle va rencontrer, et pourtant, le séjour sur cette place en sa compagnie restera en mémoire.
Fait de petits riens,  de mystères et de réflexions en particulier sur les rapports père-fille, la force de ce livre réside dans son écriture, assez envoutante et toutes ses lacunes, autant de brèches où l'imaginaire du lecteur peut s'engouffrer .

Aussi difficile à résumer qu'à lâcher, c'est donc plutôt une réussite!



le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.


objectif pal

Comments system