dimanche 12 mars 2017

Théâtre du Cirque de la Touraine

Dans la série théâtres d'autrefois de la ville de Tours...

Dans la deuxième partie du XIXème siècle, un cirque ( du type du cirque d'hiver à Paris), se dressait sur les quais de la Loire, à l'emplacement actuel du monument américain devant la bibliothèque municipale.

Edifié en 1865, il s'appelait alors le Cirque Napoléon. Il fut reconstruit en 1884 et devient le Cirque de la Touraine. 

Notice culture.gouv:
En 1865, construction du premier cirque par Henri Racine sur un emplacement où se donnaient auparavant des spectacles dans des bâtiments provisoires, ce cirque, dit cirque Napoléon, était construit en brique et en bois, en 1884, il est détruit pour cause de vétusté, reconstruit par Marcel Boille, décor peint de Fromont, la salle prend alors le nom de cirque de la Touraine ; sert de salle de spectacles entre 1884 et 1889, pendant la reconstruction du théâtre de la rue de la Scellerie ; détruit en 1927 et à cet emplacement a été élevée la fontaine commémorative américaine


Utilisé comme salle de spectacles variés (on y joua du théâtre et de l'opéra lorsque le Grand théâtre était en travaux après l'incendie qui l'avait frappé, on y organisa aussi des bals, des concours de danse) et de réunions ( entre 1882 et 1905, Louise Michel y donna neuf conférences , la première, en 1882, traitait "Du progrès social et du rôle de la femme") puis comme cinéma, il fut finalement démoli en 1927. 
Pour en savoir plus larotative

Extraits de la saison 1884 - 1885 , à retrouver ici: saison-1884-1885
Théâtre du Cirque de la Touraine / direction Julia Klotz
Administrateur : Edouard Hilario


Le petit duc
Charles Lecocq
Opéra-comique en trois actes - Livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy
Distribution : Le Petit Duc : Blanche Méry - La Duchesse : Mme Seguin - Frimousse : M. Gay - Montlandry : M. Seguin
Samedi 27 décembre 1884 soirée

Les dragons de Villars
Aimé Maillart
Opéra-comique en trois actes - Livret de Joseph Lockroy et Eugène Cormon
Distribution : Rose Friquet : Julia Klotz - Georgette : Mme Seguin - Sylvain : M. Kerman - Belamy : M. Seguin
+ Les forfaits de Pipermans (vaudeville en un acte d'Henri Chivot et Alfred Duru) [le 01/01]
+ Les crochets du père Martin (drame en trois actes d'Eugène Cormon et Eugène Grangé) [le 18/01]
Jeudi 1er, Dimanche 18 janvier 1885 soirée

La fille du régiment
Gaetano Donizetti
Opéra-bouffe en deux actes - Livret de Jules Vernoy de Saint-Georges et Jean-François Bayard
Distribution : Marie : Mlle Rousseau - Sulpice : M. Augé-Miramont - Tonio : M. Kerman - Hortensius : M. Gay
+ Les forfaits de Pipermans (vaudeville en un acte d'Henri Chivot et Alfred Duru)
Samedi 3 janvier 1885 soirée

En 1913

8 commentaires:

  1. Toujours triste un théâtre démoli... merci pour le reportage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'opéra est le seul a avoir traversé le temps...

      Supprimer
  2. Anne m'ôte les mots de la bouche. La dernière phrase du reportage m'a saisie, que c'est triste. J'étais emportée par le récit et j'attendais l'image actuelle. Heureusement, il reste des archives, mais tout de même, ce n'est pas pareil. Quel dommage !

    Je n'ai jamais été à Tours, mais j'ai visité Reims et il s'y trouve un cirque qui, je pense, doit dater plus ou moins de la même époque et qui est toujours debout... et en activité ! :)

    Jeune, je voulais devenir archiviste/iconographe. La vie en a décidé autrement, mais je demeure passionnée de tous ces voyages dans le temps. Merci infiniment Eimelle pour cette promenade dominicale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heureusement que les archives sont là en effet pour ne pas oublier ces lieux!

      Supprimer
  3. nostalgie, des anciennes cartes postales! merci pour le voyage dans le temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de quoi faire revivre un peu ces lieux...

      Supprimer
  4. Quel dommage ces théâtres démolis, édifices dont on a voulu se débarrasser mais qui seraient appréciés à notre époque. C'est comme chez nous l'horrible halle en béton (un peu moins moche car partiellement cachée par le mur floral) qui a remplacé l'ancienne halle de style pavillon Baltard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'heureusement qu'il y a de mur floral!

      Supprimer

Comments system