mardi 27 octobre 2015

L'Art de la joie de Goliarda Sapienza

ed V. Hamy 2005 Traducteur : Nathalie Castagné

Il était une fois une enfant, Modesta, née le 1er janvier 1900, dans un monde frustre et rapidement englouti... Non, L'Art de la joie résiste à toute présentation. Roman d'apprentissage, il foisonne d'une multitude de vies. Roman des sens et de la sensualité, il ressuscite les élans politiques qui ont crevé le XXe siècle. Ancré dans une Sicile à la fois sombre et solaire, il se tend vers l'horizon des mers et des grandes villes européennes... " 

Pourquoi faut-il lire ce livre ? Parce qu'il est un hymne à la joie. A la joie la plus simple qui soit, celle qui émane de la conscience et de l'acceptation sereine de sa propre existence et de celle des autres, personnes et choses, sans lesquelles le bonheur serait absolument impossible.
 Le XXe siècle, époque de tragédies horribles et d'esprits brillantissimes, se révèle sous un angle différent et les événements qui le caractérisent - guerres et révolutions, sciences et techniques, art et philosophie - portent les stigmates d'une seule femme, Modesta, qui assume les espoirs et la volonté de toutes les autres. " Luca Orsenigo, Corriere della sera.



Mon petit mot

Enfin lu!
Il fallait bien le challenge du mois italien pour me pousser à sortir enfin ce gros pavé de ma PAL!

A travers la vie de cette Modesta, née le 1er janvier 1900, c'est l’histoire d'un siècle de mutations, de bouleversements, de guerres, d'émancipations des femmes, de conflits de classes sociales, de la naissance du socialisme, de la conquête des libertés...  qui nous est contée.
Et elle est riche cette histoire de la Sicile!

De Catane à l'ombre du "continent", de la masure du village aux palais, de la prison au bord de mer, un livre foisonnant!
Et je l'avoue, face à tant de thèmes et de personnages, j'ai eu parfois des moments de décrochages.

Le début m'a beaucoup plu, cette enfance tragique, les drames, puis le couvent, son entrée "dans le monde", son parcours pour arriver jusqu'au mariage, ses rencontres, son machiavélisme parfois,  la découverte de la sexualité, la place de la femme, son éducation...  un roman d'apprentissage passionnant, j'étais totalement conquise par le sujet et par l'écriture.

J'ai eu ensuite quelques passages à vide, mais je ne regrette pas de l'avoir enfin lu, un superbe personnage à découvrir.. l'art de la Liberté... sociale, intellectuelle, sexuelle... de quoi en effet provoquer des remous à l'époque de sa publication!





Dans le cadre des challenges







14 commentaires:

  1. Encore un sur la liste quand je pense à tous ceux de la PAL qui attendent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)! et la mienne continue à s'allonger!

      Supprimer
  2. Je tourne autour de ce roman, j'ai déjà lu Moi Jean Gabin et L'université de Rebbibia, certainement autobiographiques, par contre j'ai calé sur Les certitudes du doute. Pas de billet de lecture aujourd'hui donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était mon premier, qui m'a donné envie d'en découvrir d'autres, malgré quelques longueurs!

      Supprimer
  3. Je ne l'ai toujours pas lu non plus. Ça pourrait être une idée pour le challenge pavé de l'été 2016 (parce que j'espère bien qu'il y aura un challenge l'été prochain)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut reconnaître que c'est un gros morceau !

      Supprimer
  4. Tu l'as lu en italien?!!! Waouhhhh!!! Félicitations! Moi je ne pourrai pas! Un sacré roman! Bravo Eimelle Laure et merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non ! Lu en français ! Je n'ai hélas pas le niveau non plus !

      Supprimer
  5. je suis mitigée...mais j'ai entendu dire que cet écrivain méritait le détour ne serait-ce que par son destin assez incroyable apparemment. Je garde dans un coin de ma tête :)

    RépondreSupprimer
  6. Bon, comme Aifelle, peut être pour un prochain challenge pavé de l'été...

    RépondreSupprimer
  7. je note aussi l'auteur (j'ai vu "L'université de Rebbibia" sur le site de ma bibli ;-))

    RépondreSupprimer

Comments system