lundi 23 mars 2015

La Table des enfants d'Isabelle Hausser

Comment survivre au décès accidentel de sa fille, même quand celle-ci ne voulait plus vous voir ? Et d'ailleurs pourquoi Élisabeth ne voulait-elle plus voir Agnès, cette mère écrivain de romans policiers à succès, cette maman veuve d'un grand amour qui n'a pas réussi à refaire sa vie auprès d'un mari de substitution ? Dans le dédale d'un étonnant jeu de miroirs entre la mère vivante et la fille décédée, au-delà du chagrin et de l'indicible désespoir, Agnès va avoir beaucoup de mal à extirper la réalité du fantasme, l'horreur de la poésie, la vérité du mensonge. 
Pourquoi encore sa fille lui confie-t-elle ses enfants par testament ? Et pourquoi fait-on un testament quand on n'a que trente ans ? La thèse officielle de l'accident de voiture arrange tout le monde, mais il existe tant de coïncidences troublantes qu'Agnès ne pourra qu'enquêter pour tenter de découvrir qui était véritablement sa fille... et qui elle est, elle-même. 
Construit en six parties de dix courts chapitres La Table des enfants est un roman intimiste, poétique et très original. Le cheminement de cette mère plus morte que vive de trop de douleurs accumulées, que son éditeur pousse à écrire à nouveau et que la vie n'épargne jamais, est sincèrement bouleversant.
 Isabelle Hausser livre ici une partition juste, un récit douloureusement musical et hyper-sensible – loin des figures imposées du polar qui n'est ici que prétexte – de sa belle écriture déjà rencontrée dans La Chambre sourde, Les Magiciens de l'âme et Nitchevo et Nitchevo.
Grand prix des lectrices Elle - Roman - 2002

Mon petit mot

encore un livre que je voulais lire depuis longtemps et que je découvre enfin et avec beaucoup de plaisir!

Un roman qui est à la fois quête psychologique, énigme policière, drame familial,  hymne à l'écriture (les premiers chapitres des oeuvres écrites par les héroïnes sont ainsi insérés dans le texte) et à la musique ( la musique de Bach y est très présente) et aussi pan d'histoire de la Russie et de l'Allemagne des années 1980.
Bref, de quoi maintenir l'attention et le plaisir au fil des pages!

Et puis, l'on réfléchit aussi, sur les rapports mères-filles en particulier, et la connaissance de ses proches en général...
De l'art de la fugue à l'art de la vérité, entre policier, poésie et psychologie, un beau roman!

Je pense que dans quelques temps je me pencherai sur les autres romans de cette auteure, son écriture donne envie de poursuivre la découverte!
 
Dans le cadre des challenges


7 commentaires:

  1. Jamais entendu parler de ce livre, je ne connais pas non plus l'auteur. Décidément, il m'en reste à découvrir !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est souvent ce que je me dit aussi!

      Supprimer
  2. Je l'ai lu 'par hasard' , il me fallait un auteur commençant par H, et ce fut une excellente surprise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le Heureux Hasard du H tout était réuni!

      Supprimer
  3. Il est dans ma PAL et tu me tentes encore plus!!

    RépondreSupprimer
  4. J'avais beaucoup aimé ce roman à sa sortie et j'ai lu ensuite "La comédie familiale" du même auteur. On y retrouve certains des ingrédients que tu cites, la quête psychologique, le drame familial, l'importance de la musique... et le roman se déroule à Bruxelles, dont Isabelle Hausser rend bien l'atmosphère de certains milieux.

    RépondreSupprimer

Comments system