lundi 9 février 2015

La tempête de Juan Manuel de Prada

« Il est difficile et obscène d'éviter le regard d'un homme qui saigne à mort, mais plus difficile encore de le soutenir et de surnager dans le tourbillon de passions troubles et de secrets posthumes qui s'entassent dans ses rétines. » Ainsi commence l'aventure d'Alejandro Ballesteros, maure-assistant en histoire de l'art, venu à Venise pour voir le mystérieux tableau de Gorgione, La Tempête. En quatre jours, Ballesteros est témoin de l'assassinat d'un célèbre faussaire, s'éprend d'une femme exceptionnelle et fait la connaissance de personnages ténébreux liés au trafic de tableaux. 
Mêlant intrigue policière et réflexion sur l'art, opposant la raison à la passion dans le vertige de la création artistique, juan Manuel de Prada s'impose par l'extraordinaire vigueur de son style comme le plus grand des jeunes écrivains espagnols. 
Mon petit mot

Un livre choisi pour Venise, et qui m'avait rebuté par l'écriture de ses premières pages quand j'avais commencé à le lire une première fois, il y a quelques années. Un je ne sais quoi qui m'avait déplu . Mais comme je n'aime pas rester sur un échec, le voilà ressorti et cette fois je suis allée au bout!

J'ai toujours quelques réserves sur l'écriture, mais cette fois Venise a été la plus forte!
Des coulisses de la galerie de l’académie à Torcello, tant de souvenirs de voyage sont revenus en mémoire, et m'ont fait passer un agréable moment!

De ruelles en palazzo abandonné, de canaux en marécage, d’acqua alta en brume, d'une église à l'autre, on redécouvre des quartiers, des ambiances... et même cette intrigue de faux tableaux a fini par me tenir en haleine!

Et puis il y le fameux tableau La Tempête de Giorgione daté entre 1500 et 1510, conservée aux Gallerie dell'Accademia de Veniseet dont le roman donne au moins envie de comparer les interprétations! 




dans le cadre des challenges:



8 commentaires:

  1. Celui-là, il me le faut malgré les bémols

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère qu'il te plaira, sans restriction!

      Supprimer
  2. C'est un roman que j'avais choisi pour les mêmes raison que toi mais qui ne m'a pas du tout plu. Je trouve l'histoire peu vraisemblable, les personnages peu intéressants.. alors bien sûr, il y a Venise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela se serait passé ailleurs, sûr que j'aurais abandonné!

      Supprimer
  3. Bon, Venise ne m'attirant pas une seconde, je crois que je vais passer mon tour sans regret.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai un très bon souvenir de l'ambiance un peu glauque du livre mais sinon, il ne m'en reste rien.

    RépondreSupprimer

Comments system