mardi 30 septembre 2014

Pouchkine palais de Catherine « Tsarskoïe Selo »

Après Saint-Petersbourg "ville", place à quelques excursions aux alentours, et les palais ne manquent pas, il faut faire un choix!
Pour commencer, ce sera Pouchkine :
 3 noms pour un même lieu, à 25 km de Saint-Petersbourg : le palais de Catherine situé à Pouchkine (ancienne Tsarskoïe Selo, c'est-à-dire « village du Tsar »)


En 1752, l'impératrice Élisabeth Ire lance la construction du palais, conçu par l'architecte italien Bartolomeo Rastrelli. Élisabeth baptise sa nouvelle demeure « palais de Catherine », en l'honneur de sa mère, Catherine Ire, qui avait fait bâtir un petit château à cet emplacement.
Le palais fut ensuite réaménagé et agrandi par Catherine II.


La façade du palais mesure plus de 300 mètres de long.


Parmis les pièces les plus remarquables, la fameuse Chambre d'ambre, totalement refaite après la seconde guerre mondiale (comme l'essentiel du palais qui avait été en partie détruit par les allemands)
photo 

 ou encore la salle de bal (où nous n'étions pas seuls!)


 d'immenses poêles de faïence venaient réchauffer les pièces



de nombreuses pièces sont ouvertes aux visiteurs, et étalent ainsi le flot de la foule, on peut mieux apprécier les lieux!



 l'état des lieux en 1944 après le départ des allemands...
autant dire que les restaurations sont nombreuses et qu'il reste peu de chose d'origine


Après toute ces dorures, un peu de verdure!


Le parc comporte une Grotte, des bains turcs, et autres galeries ornées de statues.
La galerie Cameron, abritant de nombreuses statues antiques. 

 Les bains turcs


 La Grotte, face à l'étang.
 


 L'Ermitage, où Catherine II recevait ses amis à dîner...




La colonne de Tchesmé, célébrant la victoire de 1770 contre la flotte turque.  


dimanche 28 septembre 2014

Sashenka de Simon Sebag Montefiore

une petite pause dans les découvertes rentrée littéraire pour sortir un (gros) roman de la PAL!
Belfond 2010

Des dernières heures de l'empire des Romanov à la Russie post-perestroïka des années quatre-vingt-dix en passant par la terreur stalinienne, la destinée bouleversante d'une héroïne inoubliable. Dans la lignée du Docteur Jivago, une fresque éblouissante, par l'un des plus grands historiens de la Russie. 
Saint-Petersbourg, hiver 1916. Devant l'institut Smolny pour jeunes filles, Sashenka Zeitlin, jeune bourgeoise de dix-sept ans, est arrêtée. Dans une Russie tsariste au bord du gouffre, alors que sa mère continue de s'enivrer de fêtes avec Raspoutine et sa clique, Sashenka, elle, a choisi son camp. Celui de la révolution... 
Quelque vingt ans plus tard, Sashenka incarne la femme soviétique modèle. Epouse d'un haut cadre du parti, mère comblée de deux enfants, elle va pourtant s'abandonner à une passion torride pour un séduisant écrivain dont les idées vont se révéler dangereusement compromettantes. Jusqu'à mettre en péril la vie de ceux qu'elle aime... et la sienne. 
Pendant plus de cinquante ans, son histoire demeurera cachée. Jusqu'à ce qu'une jeune historienne plonge dans les archives du KGB et dévoile le destin d'une femme face à un choix impossible...

Mon petit mot:

Un livre acheté à sa sortie... pour sa couverture (à quoi cela tient!)  et son thème bien sûr, puis oublié au fond d'une étagère.
un cliché du  photographe Peter Ogilvie , Chambre avec vue (utilisé pour plusieurs livres, plus ou moins modifiée quand au décor vu de cette fenêtre)


Il a fallu ce voyage à Saint-Petersbourg pour l'ouvrir enfin... et regretter de ne pas l'avoir fait plutôt!

Cela dit, j'ai sans doute davantage encore apprécié la première partie, qui se déroule dans cette ville, en ayant visité quelques semaines plutôt certains lieux, et découvert entre autres le fameux institut Smolny!

Un livre très intéressant pour mieux comprendre ce XXème siècle russe, la fin du régime des tsars, le stalinisme et ses dérives.
Rien n'est épargné au lecteur, certaines pages sont très dures, mais la mémoire historique n'est elle pas à ce prix?
L'enquête menée pour reconstituer l'histoire de cette femme, les liens entre les personnages... tient en haleine, un roman efficace!

Dans le cadre du challenge:





vendredi 26 septembre 2014

Saint-Petersbourg et alentours...

Une série "vrac", avant d'attaquer les articles concernant les visites hors de la ville,  photos prises à la volée entre deux sites touristiques, entre palais et cheminées d'usines... avec les canaux pour trait d'union
Quand les enseignes changent d'alphabet
limousines...
 ou autres moyens de transport

et faubourgs révélateurs de bien des disparités (comme beaucoup de grandes villes d'ailleurs), mais toujours des églises, des coupoles... entre architecture impériale et soviétique...
L'église Saint-Isidore , construite par Alexandre Polechtchouk en 1903-1907
 on passe la Fontanka par le Pont Lomonossov
La cathédrale de la Trinité émerge du gris du ciel



Staro-Petergofskiy prospekt
 un ancien lieu culturel?



arc de triomphe de Narva célébrant la victoire russe sur Napoléon Ier
 arc de triomphe de Moscou construit à l'embouchure de la route menant de Saint-Pétersbourg à Moscou en 1834-1838 comme un monument à la victoire russe sur les Turcs et de la paix d'Andrinople. L'architecte en fut Vassili Stassov.
statue de Lénine



Monument aux défenseurs héroïques de Léningrad, en mémoire des victimes et combattants du siège de la ville par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale. (photo web, j'ai loupé la mienne)
Commencé le 8 septembre 1941, le siège fut levé par les Soviétiques le 27 janvier 1944 marquant l'échec allemand, malgré des pertes humaines colossales (1 800 000 hommes, dont plus d'un million de civils).
 Avec 872 jours, ce siège est le plus long de l'histoire moderne jusqu'à celui de Sarajevo au début des années 1990.
Banlieues et grands ensembles

mais toujours des églises aux couleurs éclatantes au milieu
en arrivant à Peterhof

Comments system