mardi 29 avril 2014

Cosima George Sand Marie Dorval

Suite à la lecture commune pour laquelle j'ai lu la pièce de théâtre :Claudie de George Sand 
je me suis rendue compte que je connaissais mal ses pièces de théâtre (et que je n'étais pas la seule) et comme je voulais mettre à l'honneur les auteurEs de théâtre pour le challenge théâtre...
je poursuis ma découverte avec Cosima ( que j'avais évoquée au sujet de la comédienne Marie Dorval, mais pas lue!)  pièce représentée pour la première fois à la comédie française le 29 avril 1840L'occasion pour moi de reprendre mes recherches autour de la comédienne Marie Dorval (mes articles sont ici) en lisant une pièce de théâtre écrite par George Sand et jouée par son amie Marie Dorval.

Marie Dorval et George Sand 


Toutes les deux s'étaient rencontrées en 1833, après une lettre admirative sur l’une de ses représentations, envoyée par George Sand à Marie Dorval, comme le raconte l'auteure dans ses mémoires : 
"J'avais publié seulement Indiana je crois, quand, poussée vers madame Dorval par une sympathie profonde , je lui écrivis pour lui demander de me recevoir. Je n'étais nullement célèbre , et je ne sais même si elle avait entendu parler de mon livre. [...]Elle était mieux que jolie, elle était charmante; et cependant elle était jolie, mais si charmante que cela était inutile. Ce n'était pas une figure, c'était une physionomie, une âme.[...] 
 Je demandai à madame Dorval comment ma lettre l'avait convaincue et amenée si vite. Elle me dit que cette déclaration d'amitié et de sympathie lui avait rappelé celle qu'elle avait écrite à mademoiselle Mars après l'avoir vue jouer pour la première fois : « J'étais si naïve et si sincère ! ajouta-t-elle. J'étais persuadée qu'on ne vaut et qu'on ne devient quelque chose soi-même que par l'enthousiasme que le talent des autres nous inspire. Je me suis souvenue, en lisant votre lettre, qu'en écrivant la mienne je m'étais sentie véritablement artiste pour la première fois, et que mon enthousiasme était une révélation. Je me suis dit que vous étiez ou seriez artiste aussi : et puis, je me suis rappelée encore que mademoiselle Mars, au lieu de me comprendre et de m'appeler, avait été froide et hautaine avec moi ; je n'ai pas voulu faire comme mademoiselle Mars. » [...]
Elle gagnait tout au plus quinze mille francs en ne se reposant jamais, et vivant de la manière la plus simple, sachant faire sa demeure et ses habitudes,  élégantes , sans luxe, à force de goût et d'adresse ; mais grande, généreuse, payant souvent des dettes qui n'étaient pas les siennes, ne sachant pas repousser les parasites qui n'avaient de droit chez elle que par la persistance de l'habitude, elle était sans cesse aux expédients, et je lui ai vu vendre, pour habiller ses filles ou pour sauver  des amis, jusqu'aux petits bijoux qu'elle aimait comme des souvenirs et qu'elle baisait comme des reliques. "
Marie Dorval
Une profonde amitié unira ensuite les deux femmes, voir plusieurs extraits de lettres et un chapitre des mémoires de George Sand ici
Quelques années plus tard  (voir ici) c'est donc Marie Dorval qui crée Cosima au Théâtre français le  29 avril 1840, après que l'auteur ait bataillé ferme pour imposer l'actrice dans ce théâtre qui voyait d'un mauvais oeil  la star des théâtres des boulevards...

Laissons à George Sand le soin d'évoquer l'accueil du public de la comédie française...  houleux... mais ce qui ne surprend pas l'auteure «J'ai été huée et sifflée comme je m'y attendais. Chaque mot approuvé et aimé de toi et de mes amis a soulevé des éclats de rire et des tempêtes d'indignation. On criait sur tous les bancs que la pièce était immorale, et il n'est pas sûr que le gouvernement ne la défende pas. Les acteurs, déconcertés par ce mauvais accueil, avaient perdu la boule et jouaient tout de travers. Enfin, la pièce a été jusqu'au bout, très attaquée et très défendue, très applaudie et très sifflée." 
 George Sand retirera la pièce de la scène au bout de sept représentations seulement.

Qu'en est-il donc de cette pièce jugée alors immorale?

COSIMA ou la haine dans l'amour

 
Drame en cinq actes, représenté, pour la première fois, au Théâtre-Français, le 29 avril 1840.

Personnages

LE DUC DE FLORENCE
ALVISE PETRUCCIO, bourgeois et négociant de Florence
COSIMA, sa femme
NÉRI
ORDONIO ÉLISÉI, riche Vénitien
LE CHANOINE DE SAINTE-CROIX, oncle de Cosima
MALAVOLTI, voisin et ami d’Alvise
FARGANACCIO, voisin et ami d’Alvise
LE BARIGEL
TOSINO, page d’Ordonio Éliséi
PASCALINA, servante d’Alvise
GONELLE, serviteur d’Alvise
UN VALET D’ORDONIO
ESTAFIERS DU BARIGEL

À Florence.

Une pièce rééditée il y a peu au jardin d'essai, et présentée par Catherine Masson :
Cosima George Sand

Mon petit mot:


Je me suis plongée avec plaisir dans cette pièce (la fin m'a moins enthousiasmée, peut-être trop de personnages secondaires) , l'héroïne en proie à ses sentiments contradictoires, un mariage qui ne la rend pas heureuse, un éventuel amant que sa raison repousse...
Car si Cosima est malheureuse en mariage, elle fait tout de même passer avant tout l'honneur de son mari... jusqu'à son suicide tragique, face à l'impossibilité d'allier mariage et épanouissement.
Toute la première partie (l'annonce de la mort d'Ordonio, sa réapparition...) tient en haleine,  et puis il y a aussi Florence et la Toscane, un petit plus qui a renforcé mon avis positif sur cette pièce!

J'ai trouvé cette pièce intéressante pour le réflexion autour du statut de la femme mariée (il y a des monologues de Cosima qui font réfléchir, et qui sont sans doute ceux qui furent mal accueillis à l'époque), l'ennui terrible de cette oisiveté forcée, les rapports dans le couple, la femme sans autonomie, sous surveillance, le poids de la religion, l'incompréhension entre Cosima et son mari, la difficulté de rendre l'autre heureux... et pour le personnage du "séducteur" qui apparait non pas comme un séduisant aventurier mais comme un personnage plutôt détestable dans son rapport aux femmes tandis que le mari parait finalement plus sympathique.

Une pièce qui donne la parole à la femme vouée au silence du mariage et à l'effacement derrière l'époux... un message féministe avant l'heure qui explique sans doute l'accueil plus que froid fait à l'époque à cette pièce, que je vous invite vivement à redécouvrir!

Cosima dans la presse de 1840


Dans la presse de l'époque pour comprendre l'accueil négatif reçu par la pièce  (merci Gallica!).. l'on préfère faire porter la responsabilité aux acteurs plutôt que d'ouvrir un éventuel débat sur les thèmes au coeur de la pièce...

Revue de Paris

A propos de la première représentation de Cosima, par exemple, nous restons sincèrement persuadé qu'une malveillance positive et réfléchie s'était glissée, dès avant le lever du rideau, dans la salle. Comment expliquer autrement qu'une oeuvre signée d'un si grand nom, laborieusement conçue et exécutée, empreinte de cette grandeur qui caractérise toutes les productions de l'auteur de Jacques, ait été écoutée avec distraction, avec ironie, on pourrait dire avec irrévérence, et que des rires inexplicables aient retenti justement aux endroits où le talent de l'auteur se manifeste dans" son plus prestigieux éclat?
D'où pouvait venir, demandera-t-on, cette malveillance? C'est là une question que notes n'avons pas mission d'approfondir. [...]
Les acteurs chargés de la traduction du drame de George Sand n'ont pas tous également bien rempli leur tâche, nous en devons convenir; peut-être même pourrait-on les rendre responsables de quelques-unes des bruyantes interruptions essuyées par le drame de George Sand. A l'exception du rôle de Cosima -, tous les rôles de l'ouvrage ont été, si non mal saisis dans leur esprit, d'un bout à l'autre, du moins faussés en certaines parties essentielles et compromis par d'assez maladroites interprétations. Encore Mme Dorval ne mérite-t-elle pas des éloges sans réserve; car, si elle n'a pas trahi les intentions de l'auteur, peut-être n'a-t-elle pas toujours exprimé avec une égale puissance les souffrances d'une âme incertaine entre le devoir et la passion. Tout en conservant au personnage de Cosima son véritable caractère, fier et tendre à la fois, troublé d'abord, ferme ensuite et inébranlable dans sa douloureuse résignation, peut-être n'a-t-elle pas toujours rendu les plus délicates nuances de son rôle avec la poétique précision qui lui est habituelle. Mais l'émotion visible qu'éprouvait Mme Dorval excuse suffisamment ces légères inégalités.
De MM. Beauvallet, Geffroy, Joanny, nous n'avons pas, à beaucoup près, le même bien à dire. M. Beauvallet, qui a, d'ailleurs, des qualités incontestables, nous semble avoir pris son rôle à rebours. Ordonio est, sans contredit, un caractère où la brutalité domine, mais une brutalité intérieure, pour ainsi dire, et qui doit soigneusement se déguiser. La tendresse qu'il n'a pas, Ordonio, dans l'intérêt même de ses projets, doit la feindre. Or, la nécessité de ce contraste entre le but d'Ordonio et les moyens qu'il emploie pour y atteindre ne paraît pas avoir été soupçonnée par M. Beauvallet. M. Beauvallet, s'exagérant à tort, en ce cas, l'importance de la diction, s'est efforcé de ne pas laisser perdre une syllabe de son rôle; quant au sens poétique du personnage, il s'en est trop peu inquiété. M. Joanny, lui, s'est rendu coupable du péché contraire. Préoccupé du caractère sacerdotal de son rôle, il a fait du chanoine de Sainte-Croix une sorte de prédicateur monotone et verbeux. Il a prononcé les moindres paroles confiées à ses lèvres avec une emphase d'intonations et de gestes que la familiarité de Faction ne comportait pas. La déclamation sentencieuse, acceptable dans une chaire, était tout-à-fait hors de saison chez un bourgeois de Florence; c'est ce que M. Joanny n'a pas suffisamment compris. Quant à M. Geffroy, nous devons reconnaître qu'il a mis au service de son rôle une bonne volonté réelle. Toutefois, nous pensons qu'il lui serait possible, aux représentations suivantes, de modifier sa pantomime dans ce qu'elle a d'un peu trop brusque, sa diction dans ce qu'elle a d'un peu heurté. 


Revue des Deux Mondes, tome 22, 1840
La première représentation de Cosima a eu lieu devant le public le plus nombreux, le plus choisi et le plus divers, le plus littéraire et le plus mondain qui se puisse imaginer. Il y avait une attente immense ; il y avait autre chose que de l’attente encore, c’est-à-dire bien des petites passions en jeu. [...]
L’idée de Cosima est très simple et très autorisée : c’est la lutte de la passion et du devoir au sein d’un cœur pur qui va cesser de l’être ; c’est l’antique et éternel sujet du drame depuis Phèdre jusqu’à nous. Cosima est une jeune femme de Florence qui a un mari bourgeois, marchand, mais excellent, délicat et noble de sentimens, honnête et brave. Un étranger, un Vénitien passe ; il s’occupe d’elle ; sans lui parler à peine, il l’entoure de ses soins comme de prestiges ; elle n’a guère vu encore que sa plume au vent et son manteau, que déjà elle l’aime, comme toute jeune femme, même la plus pudique, aimera, si elle n’y prend garde, le jeune étranger.
Est-ce moral ? dira quelqu’un. Celui-là a oublié le cœur humain depuis Hélène et Ariane jusqu’à la religieuse portugaise, jusqu’à l’amante du Giaour ; celui-là n’a jamais voyagé jeune en des pays lointains, et n’y a jamais cueilli sur une tige fragile son plus délicieux souvenir.
[...]En général, il faut le dire, si l’on excepte Mme Dorval, qui est toujours à excepter, et Geffroy, qui souvent a été bien, la pièce nous a paru jouée d’une manière insuffisante, sans ensemble, sans célérité, comme si les acteurs entraient peu dans leur rôle. C’est avec regret que nous avons vu Beauvallet refuser au rôle d’Ordonio la noblesse et la grâce qui en font une partie essentielle, et en charger sans nécessité l’odieux avec une brusquerie vulgaire, qui pouvait compromettre les mots les plus simples.
C’est ainsi que je m’explique surtout comment bien des délicatesses ont été peu senties et bien des finesses ont paru échapper. [...]Quelques inexpériences de mise en œuvre, inévitables à un début, ne me paraissent pas expliquer suffisamment le peu de relief que la première représentation a donné à des détails tels que ceux-là. La faute en est en partie aux acteurs, je l’ai dit, et en partie au public, il faut oser le lui dire. Une certaine fraction du public paraissait s’attendre à un genre d’extraordinaire qui n’est pas venu ; [...]
Et puis certains caractères peut-être ne doivent pas être trop vrais, trop réels. Ordonio, édition vénitienne de Raymond de Ramière, est un égoïste, un fat un peu cru, comme sont les trois quarts des hommes de cette espèce dans leurs relations avec les femmes sensibles. Il se pourrait qu’au théâtre on ne supportât pas en face de telles vérités et qu’il fallût toujours une certaine dose de jeune premier dans l’amoureux. Quelle est la dose précise de lieu-commun qui est nécessaire, au théâtre, pour faire passer une nouveauté ? Voilà le point important du métier. [...] V. DE MARS

Cosima dans les archives de la comédie française :

la distribution de la création:
avec Menjaud (le duc de Florence) ; Geffroy (Alvise Petruccio) ; Beauvallet (Ordonio) ; Joanny (le chanoine) ; Joannis (Farganaccio) ; Varlet (Malavolti) ; Maillart (Neri) ; Fonta (le podestat) ; Mathien (Gonella) ; Alexandre (un domestique) ; Marie Dorval (Cosima) ; Mlle Avenel (Tosina) ; Louise Thénard (Pascalina) ; Production Comédie-Française

maquette de costumes par E. Giraud

Une lecture qui entre également dans plusieurs challenges : théâtre, italie...





5 commentaires:

  1. je ne suis jamais arrivée à le télécharger sur ma liseuse kindleet comme je rentre tout juste de vacance je ne serai pas dans les temps

    RépondreSupprimer
  2. pas de soucis, tu n'es pas la seule, avec les vacances, ce n'est pas évident! rien n'empêchera d'ajouter le lien plus tard! j'espère que tu as bien profité de ton séjour

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais bien aimé lire Cosima mais je n'ai trouvé qu'un livre dont j'ai jugé le prix exagéré et comme je n'ai plus de kindle! Mais je vois que Miriam a eu des ennuis aussi.

    Comme tu l'as vu j'ai lu le marquis de Villemer; je pensais ainsi participer au challenge théâtre mais finalement c'était un roman! je l'ai proposé en voyageur à Miriam, si tu le veux fais-moi signe.

    RépondreSupprimer
  4. c'est gentil, mais je vais passer mon tour pour le moment, la PAL déborde!

    RépondreSupprimer

Comments system