samedi 29 mars 2014

Come prima Alfred

Come prima Alfred   Delcourt
 Octobre 2013

 Présentation :
Pour son nouvel album solo, Alfred (Pourquoi j'ai tué Pierre) rend hommage au cinéma italien des années 60. Une comédie sociale, sous la forme d'un road movie, aussi surprenante qu'émouvante.

Début des années 60, suite à la mort de leur père, deux frères, Fabio et Giovanni, sillonnent les routes. Leur voyage, émaillé de disputes et de silences, de souvenirs et de rencontres, les conduira jusqu'à leur Italie natale. Par bribes, le portrait de leur père se recompose...


Pour tout savoir : comeprima

Quelques pages


Mon petit mot

C'est à un voyage dans l'Italie (et la France) des années 50 que cette BD nous convie.
Elle nous plonge dans une page sombre de cette Italie de l'après-guerre, et la répercussion des choix fait pendant celle-ci sur les familles.

Entre chemises noires et résistants, fascisme,  rêve d'un ailleurs meilleur et déconvenues, la BD alterne entre présent et passé, avec des couleurs différentes, et de nombreuses pages sans texte qui laissent au lecteur la possibilité de faire son propre chemin.
Il y a aussi la présence des immigrés en France, les relations familiales... de nombreux thèmes abordés au fil des pages, ainsi que la difficulté à communiquer au sein de la famille, les nons-dits, le temps qui passe... 

J'ai beaucoup aimé les petits détails des illustrations (les affiches, les enseignes...) pour ce voyage dans le temps et entre France et Italie.
Les personnages secondaires (le chien en particulier), apportent parfois une touche de légèreté ou au contraire renforcent la trame, par d'autres choix dans cette guerre ou dans son après.
J'ai été un peu surprise au départ par le nombre de pages sans texte, mais dans cette alternance des souvenirs et du présent, l'alternance fait sens, tout comme dans les couleurs utilisées qui sont différentes pour les flash-backs et le présent.

 Il y a des souvenirs que l'on ne peut pas dire au départ, seules les images restent en mémoire, avant de pouvoir enfin mettre des mots sur ces épisodes douloureux...

Un exemple des premiers  flash-back, le texte viendra quelques jours (pages!) plus loin, les images se complètent au fur et à mesure,  lorsque la communication sera renouée entre les deux frères et que les fantômes du passé seront conjurés... et que le lecteur aura reconstitué les pièces du puzzle!



Dans le cadre de l'opération La BD fait son festival, 
un grand merci pour cette idée de lecture qui m'a fait passer un très bon moment!
et puisque dans cette opération il faut mettre une note, ce sera 18/20 


une opération lancée à l’occasion du festival d’Angoulême ou Come prima a reçu le Fauve du meilleur album.

Dans le cadre du challenge rentrée littéraire ainsi que celui autour de l'Italie

et comment ne pas écouter :

11 commentaires:

  1. Dommage que les visages soient souvent inexpressifs, en revanche l'histoire est inintéressante...

    RépondreSupprimer
  2. Et un avis positif de plus... je surnote !

    RépondreSupprimer

  3. Oui krol, je pense que cela pourrait te plaire! bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de vous tagger sur mon blog hihi

    RépondreSupprimer
  5. Album repéré chez Anne déjà. J'aime cette idée du traitement du souvenir, par les images d'abord.

    RépondreSupprimer
  6. Le Théâtre côté coeur31 mars 2014 à 00:02

    Un billet qui donne envie de découvrir cette BD et cette partie de l'histoire de l'Italie

    RépondreSupprimer
  7. le thème en est intéressant, bonne journée!

    RépondreSupprimer
  8. Très belle BD. Pour une fois que je suis d'accord avec le choix du meilleur album d'Angoulême !

    RépondreSupprimer
  9. j'avais aimé l'autre BD que tu cites. Je note!

    RépondreSupprimer

Comments system