jeudi 6 septembre 2012

La nuit la neige Claude Pujade-Renaud

La nuit la neige Claude Pujade-Renaud

 Présentation de l'éditeur

Deux femmes qui ne se sont jamais vues se croisent un soir de décembre 1714, dans un château à Jadraque en Castille. L'un, Anne-Marie des Ursins, depuis vingt ans au service du roi Philippe V d'Espagne, toute-puissante auprès de lui, est venue accueillir l'autre, Elisabeth Farnèse, , duchesse de Parme, nouvelle épouse du souverain, encore inconnue de lui.
Que se passe-t-il durant cette entrevue si brève ? Brutalement, Anne-Marie des Ursins est congédiée par la future reine d'Espagne, et aussitôt conduite sur le chemin de l'exil. La nuit, la neige, une escorte, un carrosse dans lequel il faut s'engouffrer et qu'à vive allure on mène vers la France : en quelques instants d'une entrevue sans témoin, la reine a signifié à Anne-Marie des Ursins sa disgrâce. L'exil commence - et avec lui l'obsédant va-et-vient de la mémoire
Bien des mois, bien des années plus tard, les deux femmes - qui désormais ne se croiseront plus - continuent de passer au tamis de leur mémoire cette décisive nuit de Jadraque. Et les récits s'entrelacent, tissant peu à peu l'Histoire de près d'un siècle de rivalités des Habsbourg et des Bourbons en terre d'Espagne, à travers les alliances, les enfantements, les combinaisons les plus intimes et les plus " domestiques " de la politique.
Depuis Gênes où elle trouve refuge, Anne-Marie tente de comprendre les raisons de sa chute. A Madrid, dans le glacial palais de l'Alcazar, Elisabeth fait l'apprentissage de son métier d'épouse et de reine. Mariages, enfantements, plaisirs choisis ou obligés du pouvoir...
Requises dans ce qu'elles ont de plus intime, des femmes donnent ici leur version singulière de l'Histoire. Avec cet ample roman, Claude Pujade-Renaud pourrait bien rendre à la politique sa plus exacte dimension : celle des cœurs, passions, caractères...  Un magnifique roman sur les femmes et le pouvoir. 
Claude Pujade-Renaud, romancière et nouvelliste, a obtenu le Goncourt des lycéens pour son précédent roman, Belle Mère (Actes Sud 1994).

Le début:

Je ne m'attendais pas à trouver la neige sur ce rivage de la Méditerranée. Décidément, le froid me poursuit, que ce soit en Espagne, en France ou en Italie. Gênes, les rigueurs de l'hiver et de l'exil. A soixante-treize ans...

L'illustration de la couverture

Lucrezia Panciatichi
 Agnolo BRONZINO Portrait de Lucrezia Panciatichi (1540), Galerie des Offices Florence. Sur le pendentif de son collier de perles sont inscrits «Amour dure sans fin»
Mon petit mot:
Un livre pas évident au départ, puisqu'à chaque chapitre correspond un narrateur différent, donnant son opinion sur la fameuse nuit de Jadraque, puis, en avançant, on retrouve les voix essentielles et les éléments du puzzle se mettent en place. Un bon moyen de croiser la grande histoire, et les monuments d'Espagne (de Castille) et ses sombres coulisses, matrimoniales, filiales...
Un livre à lire aussi parce qu'il parle de la construction du château de Chanteloup, près d'Amboise,  élevé en 1715 par Jean d’Aubigny et Robert de Cotte, pour le compte de la Princesse des Ursins.
Anne-Marie des Ursins
 La Princesse des Ursins, école française, 1670, Chantilly, Musée Condé.

Le Château de Chanteloup

 Le Château fut construit en 1713 par Jean d’Aubigny pour la Princesse des Ursins.
Le domaine fut acheté par le duc de Choiseul, en 1761. La  pagode ou « Folie du duc de Choiseul » ou « Monument dédié à l’Amitié » fut construit par le duc en 1775, après son exil de la cour du roi Louis XV, en hommage à tous ses amis qui lui avaient témoigné leur fidélité.
La pagode de Chanteloup

En 1802, le château fut acquis par Chaptal, remarquable ministre de Napoléon 1er et grand savant, créateur de procédés chimiques.
C’est à Chanteloup qu’il mit au point la culture de la betterave, l’extraction et le raffinage du sucre, dotant notre pays d’une richesse nouvelle de première importance. En 1823, Chaptal dut se défaire de Chanteloup.
Tandis que le duc d’Orléans, futur roi Louis-Philippe, achetait la Pagode pour la joindre à la forêt qu’il venait d’acquérir, le château tomba aux mains de ces marchands de biens tristement connus sous le nom de « La Bande Noire ». Le mobilier fut vendu, le château démoli et les jardins lotis.

Aujourd’hui de la fastueuse demeure princière ne subsistent que :
• La Pagode
• La Grande pièce d’eau en demi-lune, prolongée d’un grand canal, avec sa grande perspective en patte d’oie,
• Le Petit Pavillon du Concierge dans lequel se trouve une exposition iconographique permanente retraçant l’histoire du château et de ses jardins,
• Les deux du plus pur style Louis XVI, situés du côté d’Amboise, et qui marquaient, à l’époque, par « la Grille Dorée », l’entrée du domaine.

pagode-chanteloup

6 commentaires:

  1. L'illustration de la couverture est magnifique !!
    Ta critique est très bien détaillée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Quand je peux mêler lecture, art et histoire ... que du bonheur! Bonne journée!

      Supprimer
  2. Tu as piqué ma curiosité avec ce livre! J'espère qu'au moins on a une explication et que l'on ne reste pas dans l'attente?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on l'a! Mais il faut attendre presque la fin (à moins d'être très au point sur cette période, ce qui n'était pas mon cas!) bonne soirée, et peut-être bonne lecture!

      Supprimer

Comments system