samedi 25 février 2012

Le tableau du maître flamand de Arturo Pérez-Reverte

Le tableau du maître flamand

 Julia, restauratrice d’œuvres d'art à Madrid, travaille sur un tableau du XVe siècle représentant deux chevaliers jouant aux échecs. Une expertise révèle, sous la peinture, une phrase en latin pouvant se traduire par "qui a pris le cavalier" ou "qui a tué le chevalier". Avec l'aide d'un antiquaire, d'un joueur d'échecs et d'un historien, son ancien ami, Julia tente de déchiffrer l'énigme du tableau. Pure devinette de spécialistes ? Non, car un mystérieux inconnu reprend la partie d'échecs du tableau de façon bien macabre : les proches de Julia, transformés en pièces du jeu, sont assassinés les uns après les autres... Perez-Reverte, que l'on savait déjà extrêmement doué pour les constructions subtiles, se révèle ici un joueur hors pair. Plusieurs énigmes s'entrecroisent et se répondent : qui a tué le chevalier cinq siècles plus tôt ? Quelle est l'issue de la partie ? Qui est l'assassin actuel ? L'auteur fournit au lecteur les diagrammes de la partie en cours, l'impliquant ainsi dans un jeu qu'il mène de main de maître. 

Incipit

LES SECRETS DE MAITRE VAN HUYS
« Dieu déplace le joueur, et celui-ci la pièce. Quel
Dieu derrière Dieu commence donc la trame ? »
J. L. Borges

Une enveloppe cachetée est une énigme qui en renferme d'autres. Celle-ci, une grande et grosse enveloppe de papier kraft, était marquée du sigle du laboratoire en son angle inférieur gauche. Et tandis qu'elle s'apprêtait à l'ouvrir, qu'elle la soupesait tout en cherchant un coupe-papier parmi les pinceaux, les flacons de peinture et de vernis, Julia n'imaginait nullement à quel point ce geste aliait changer sa vie.
En fait, elle savait déjà ce que contenait l'enveloppe. Ou du moins, comme elle allait le découvrir plus tard, elle croyait le savoir. Et c'est sans doute pourquoi elle ne sentit aucune émotion particulière jusqu'à ce qu'elle sorte les épreuves photographiques de l'enveloppe, qu'elle les étale sur la table et qu'elle commence à les regarder, vaguement étonnée, retenant son souffle. Elle comprit alors que La Partie d'échecs allait être autre chose qu'un simple travail de routine. Dans son métier, il n'était pas rare de faire des trouvailles imprévues en restaurant des tableaux, des meubles ou des reliures anciennes. Depuis six ans qu'elle était restauratrice, elle avait vu d'innombrables esquisses abandonnées, corrections d'originaux, retouches, repentirs d'artiste ; et même des falsifications. Mais jamais encore une inscription masquée sous la peinture d'un tableau : trois mots que révélait la photo aux rayons X.

 
Mon avis ; un polar artistique qui donne envie de se mettre aux échecs! Moi qui aime l'art et les romans policiers, le genre de livre qui me plaît beaucoup. J'imagine que les joueurs d'échecs apprécient encore d'avantage l'enquête, j'avoue que, non spécialiste du jeu,  certains passages m'ont semblé un peu obscurs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system